CÔTES DU JURA SAVAGNIN BLANC 2018

Grand Minéral

pour connaître les détails d’un millésime, cliquez sur l’année de votre choix
2018  

Si Henri Maire a été la figure emblématique des vins du Jura, il aura fallu plusieurs générations pour patiemment constituer l’un des plus beaux domaines de la région, centré sur ses appellations phares : Château-Chalon, l’Étoile et Arbois. Le domaine Maire & Fils couvre aujourd’hui 218 hectares de vignes, produisant tous les cépages de la région.


Convaincus du potentiel unique des terroirs jurassiens, nous avons, ces dernières années, replanté des parcelles en Chardonnay et Savagnin notamment et nous nous attachons tout particulièrement à vinifier, en plus des appellations traditionnelles du Jura, des vins d’une grande fraîcheur, au caractère très minéral, aérien et élégant.



Petit par sa taille, mais grand par son exceptionnelle diversité, le vignoble jurassien s’étire sur 80 kilomètres entre la Bourgogne et la Suisse, à la frontière Est de la France. Née en 1937, l’AOC Côtes du Jura est omniprésente du nord au sud du vignoble, sur des terroirs multiples et contrastés. Deuxième AOC jurassienne en matière de production, elle joue avec les cinq cépages présents dans le Jura. Toute la gamme des vins du Jura est représentée, mais les blancs dominent, tranquilles ou effervescents.


Typiquement jurassien, le Savagnin s’épanouit sur les marnes grises du Jura et mûrit lentement. Exigeant et patient, il est très souvent associé aux vins de type oxydatif, ou « sous voile » de la région. Mais sa facette minérale, moins connue mérite pourtant le détour : vinifié à l’abri de l’air, le Savagnin exprime en effet des notes minérales de citron et de fleurs blanches et un caractère exotique.


Afin d’élaborer une cuvée harmonieuse, notre Côtes du Jura provient d’une sélection de nos meilleures parcelles de Savagnin. Les vignes sont cultivées sur des sols de marne grise.


Le travail dans les vignes, est basé sur le respect de la nature et des sols. Pour les jeunes vignes, situées sur les fortes pentes, pour éviter l’érosion, nous bêchons un rang sur deux, pratiquons des remontages de sols pour aérer les terres soumises au tassement dû à l’humidité, et de l’enherbement avec des plantes sélectionnées telles que le trèfle, qui, en exerçant une concurrence sur la vigne permet de moduler son alimentation minérale et hydrique et de contrôler sa vigueur et son rendement.

La taille Guyot double s’impose pour mieux en maitriser son rendement.


Réception de la vendange, encuvée par gravité, en cuves thermorégulées pour la vinification. Après préssurage, les moûts sont débourbés à froid, puis s'enclenche la fermentation maintenue entre 20-22°C pendant 1 semaine. Élevage de 2 à 3 mois, en cuve inox sur lies fines, pour préserver tous les arômes et la fraîcheur.

Très loin des vins de voile auxquels le cépage est généralement associé, ce Côtes du Jura est un vin d’une grande fraicheur, aux parfums aériens de fleurs blanches. La bouche tout aussi élégante associe richesse, rondeur et fraicheur et offre aussi une belle présence aromatique sur une ligne florale et iodée.

À déguster, légèrement frais, à une température de 12° et 14° C, sur des entrées froides, des crustacés, du saumon fumé, un poisson grillé ou une volaille rôtie.

À déguster dans les 2 ans suivants le millésime pour apprécier toute la fraicheur et le fruit de cette belle cuvée.

Le Millésime 2018 : exceptionnel !

Il y a des millésimes qui marquent la vie de toute une région viticole. 2018 fait sans nul doute partie de ceux-là. « On n’a jamais vu ça ! » pouvait-on entendre partout dans le vignoble au moment des vendanges. Après des années de maigre récolte, Le millésime 2018 a en effet réunit les conditions idéales pour une parfaite maturité des raisins et une qualité exceptionnelle.

La fin d’hiver très froide avec d’intenses épisodes de gelées a prolongé la dormance de la vigne entrainant donc un débourrement plus tardif qui a permis d’éviter une nouvelle année de gel printanier comme la région en a connu régulièrement sur les derniers millésimes.

Ensuite, le printemps très chaud, pluvieux avec de fréquents orages et de la grêle a heureusement épargné les vignes du domaine et l’été qui a suivi fut chaud et sec comme partout en France et donc également sur les plateaux d’habitude plus frais du vignoble jurassien.

Et ce grand soleil a continué de briller jusqu’à l’automne offrant des conditions idéales pour vendanger. Mis à part le cépage savagnin, plus sensible, qui a un peu plus souffert de la canicule, la récolte a été abondante et de grande qualité.