L'ÉTOILE 2018

Grandes Parcelles

CHARDONNAY

pour connaître les détails d’un millésime, cliquez sur l’année de votre choix
2018  

Si Henri Maire a été la figure emblématique des vins du Jura, il aura fallu plusieurs générations pour patiemment constituer l’un des plus beaux domaines de la région, centré sur ses appellations phares : Château-Chalon, l’Étoile et Arbois. Le domaine Maire & Fils couvre aujourd’hui 218 hectares de vignes, produisant tous les cépages de la région.


Si Henri Maire a été la figure emblématique des vins du Jura, il aura fallu plusieurs générations pour patiemment constituer l’un des plus beaux domaines de la région, centré sur ses appellations phares : Château-Chalon, l’Étoile et Arbois. Le domaine Maire & Fils couvre aujourd’hui 218 hectares de vignes, produisant tous les cépages de la région.


Petit par sa taille, mais grand par son exceptionnelle diversité, le vignoble jurassien s’étire sur 80 kilomètres entre la Bourgogne et la Suisse, à la frontière Est de la France.


L’AOC L’ETOILE produit depuis 1937 des vins blancs d’exception.


Son nom en soi est une légende. Il ferait référence à la présence d’innombrables petites étoiles fossiles appelées pentacrines et caractéristiques de son terroir… ou bien à la disposition en étoile des cinq collines qui entourent le village.


100% Chardonnay.


Le cépage Chardonnay, bourguignon d’origine mais cultivé dans le Jura depuis le Xème  siècle, est devenu un enfant du pays. Ses grandes facultés d’adaptation en font le cépage le plus répandu notamment sur les sols calcaires et les terres légères.


 



La nature des sols argilo-calcaires favorise le chardonnay (appelé localement Gamay blanc), omniprésent sur l’appellation jusqu’à représenter 90 % de l’encépagement. Les marnes recouvertes d’argiles à chailles et de fragments calcaires n’affleurent ici que très rarement. Le vignoble de L’Etoile bénéficie donc d’un sol plus léger qu’ailleurs ce qui donne sans doute la spécificité à ses vins.


Le travail dans les vignes, est basé sur le respect de la nature et des sols. Pour les jeunes vignes, situées sur les fortes pentes, pour éviter l’érosion, nous bêchons un rang sur deux, pratiquons des remontages de sols pour aérer les terres soumises au tassement dû à l’humidité, et de l’enherbement avec des plantes sélectionnées telles que le trèfle, qui, en exerçant une concurrence sur la vigne permet de moduler son alimentation minérale et hydrique et de contrôler sa vigueur et son rendement. La taille Guyot double s’impose pour le Chardonnay pour mieux en maitriser son rendement. La restructuration des vignes contribue à l’harmonie de notre cuvée : les vignes jeunes apportent l’exubérance, la fraîcheur et l’acidité. Tandis que les spécimens plus anciens apportent la structure et le caractère.


Réception de la vendange, encuvée par gravité, en cuves thermo-régulées pour la vinification. Après préssurage, les moûts sont débourbés à froid, puis s'enclenche la fermentation maintenue entre 20-22°C pendant 1 semaine.  Élevage de 2-3 mois, en cuve inox sur lies fines, pour préserver tous les arômes et la fraîcheur.

Une belle expression du Chardonnay offrant un vin agréable et frais. Vif et équilibré, il offre des arômes de fruits blancs et des notes d’aubépine et d’acacia. La belle minéralité en bouche révèle un vin racé et élégant.

À déguster, légèrement frais entre 12° et 14° C, sur des poissons ou des crustacés, une viande blanche ou un fromage de type Comté.

Ce vin saura, dans sa jeunesse, séduire pour ses arômes fruités, et pourra s'oublier quelques années en cave (de 4 à 6 ans après le millésime).

Il y a des millésimes qui marquent la vie de toute une région viticole. 2018 fait sans nul doute partie de ceux-là. « On n’a jamais vu ça ! » pouvait-on entendre partout dans le vignoble au moment des vendanges. Après des années de maigre récolte, Le millésime 2018 a en effet réunit les conditions idéales pour une parfaite maturité des raisins et une qualité exceptionnelle.

La fin d’hiver très froide avec d’intenses épisodes de gelées a prolongé la dormance de la vigne entrainant donc un débourrement plus tardif qui a permis d’éviter une nouvelle année de gel printanier comme la région en a connu régulièrement sur les derniers millésimes.

Ensuite, le printemps très chaud, pluvieux avec de fréquents orages et de la grêle a heureusement épargné les vignes du domaine et l’été qui a suivi fut chaud et sec comme partout en France et donc également sur les plateaux d’habitude plus frais du vignoble jurassien.

Et ce grand soleil a continué de briller jusqu’à l’automne offrant des conditions idéales pour vendanger. Mis à part le cépage savagnin, plus sensible, qui a un peu plus souffert de la canicule, la récolte a été abondante et de grande qualité.